Vernon : la boulangerie du futur arrive en ville

Vernon : la boulangerie du futur arrive en ville
Par

Consommation. Il est désormais possible de commander en ligne son pain, ses viennoiseries ou ses gâteaux, puis de venir les retirer plus tard. Bosquet est le premier commerçant de la commune à déployer le service Rapidle.

Vous rêviez d’entrerdans une boulangerie bondée aux heures de pointe et de repartir presque aussitôt les mains pleines, sans avoir à faire la queue ni même craindre, fébrile, que votre pain préféré ou le gâteau promis à vos enfants pour le soir même vous file sous le nez. Tout cela est désormais possible à Vernon .

Après Please et Too Good to Go, respectivement dédiées à la livraison à domicile et, à la cession d’invendus à prix cassés, une nouvelle application a fait son apparition dans la deuxième commune du département, il y a bientôt deux semaines. Son nom : Rapidle. Le concept : le « Click & Collect », qui permet d’acheter en ligne – via son téléphone mobile, sa tablette ou son ordinateur – et de retirer plus tard en magasin.

Droit d’exclusivité pendant un an : La famille Bosquet, qui tient la boulangerie du même nom rue Pierre-Bonnard, à la sortie de la ville, a cassé sa tirelire pour obtenir l’exclusivité de l’utilisation de ce service à Vernon pendant un an. Nous n’en saurons pas plus. Le montant de l’investissement des Bosquet associés est « confidentiel , répond Arnaud Bosquet . Mais avec l’achat de la tablette pour la gestion, plus la création du site internet et la location du service, ça nous a coûté un peu cher ! »

« La redevance mensuelle peut aller de 60 à 270 €, suivant les options » , explique Steeve Broutin , l’un des deux cofondateurs de Rapidle, plus transparent. Dans l’Eure, cinq établissements seulement proposaient jusque-là Rapidle à leur clientèle. Quatre d’entre eux sont concentrés à Évreux , dont l’autre cofondateur de Rapidle, Yann Browaeys, est d’ailleurs originaire – notre édition du 5 juillet 2017 -, un autre se trouve à Louviers. Depuis sa création en 2015, ce service a séduit plus de 450 commerçants à travers la France, y compris à l’outre-mer, et s’est même exporté au Luxembourg, en Suisse, en Belgique et récemment en Espagne. Un déploiement « moins francophone » est à l’étude. L’Angleterre et la Canada sont en ligne de mire. La famille Bosquet travaillait, elle, sur ce projet depuis le mois de juin. « C’est long à mettre en place, parce qu’il faut créer le site web de toutes pièces, faire les photos des produits » , explique Arnaud Bosquet. Lancé le 4 octobre, le service avait déjà séduit 93 clients, lundi. « Ils sont inscrits, ça ne veut

pas dire qu’ils ont tous utilisé ce service. » En seulement douze jours, 66 transactions ont déjà été comptabilisées via Rapidle, « qui ne

prend aucune marge sur les ventes » . « On peut aussi commander un gâteau d’anniversaire, mais il faut compter 48 h de délai. » « Deux à trois achats via Rapidle par jour suffisent à rentabiliser l’investissement des commerçants » , note Steeve Broutin.

Concrètement, les utilisateurs de l’application font leurs courses en ligne puis se présentent à la boulangerie, où un point retrait leur est dédié. « On vérifie rapidement et ils repartent. Pas besoin de passer en caisse non plus, sauf si un paiement en tickets restaurant a été spécifié à la commande. »

Le commerce a beaucoup misé sur le déploiement de Rapidle.

Impossible, d’ailleurs, en mettant les pieds dans la boulangerie, de passer à côté. Panneau grand format, projection des mérites de l’application sur écran géant. « Nous espérons évidemment capter une nouvelle clientèle, mais également offrir un nouveau service à nos fidèles » , souligne Arnaud Bosquet.

David Goudey ■

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
On vous rappelle gratuitement