Philippe Bazin, boulanger-pâtissier n’est pas avare de bonnes idées pour son commerce

Philippe Bazin, boulanger-pâtissier n'est pas avare de bonnes idées pour son commerce
Par

Elles ne comptent pas pour du beurre. Dans l’arrondissement de Douai, 2761 entreprises artisanales (chiffres au 1er janvier 2018), soit 5348 emplois salariés, ont pris racine. Certaines mieux que d’autres. S’il y a eu 319 immatriculations en 2017, il y a eu aussi 306 radiations. Jusqu’à la fin de la semaine, c’est leur fête dirons-nous. La Semaine nationale de l’artisanat met à l’honneur, sur tout le territoire, les artisans, leur savoir-faire, leurs entreprises et leurs apprentis. Mais aussi leur courage à se réinventer. Ainsi Philippe Bazin, boulanger-pâtissier Aux 2 Moulins à Roost-Warendin, à la tête d’une équipe de six personnes, installé depuis treize ans. « On est une entreprise à se remettre en question », dit-il.

En 2011, il a refait son commerce de fond en comble. Entre deux, il a eu le Label rouge, un signe national désignant des produits ayant un niveau de qualité supérieur. Il a aussi eu la certification Artisan en’or garantissant 80% minimum de fabrication maison. Avant de passer à autre chose. Un beau jour, Philippe Bazin a pris la décision de se fournir en farines en circuit court. En octobre 2018, Philippe Bazin a obtenu le label Charte qualité. Objectif affiché du label : valoriser le savoir-faire artisanal pour assurer la pérennité et le développement des entreprises en Hauts-de-France.

Plus de cinq cents questions.

L’artisan, qui gère tout en interne, y compris la comptabilité et la gestion, à l’exception du social et des fiches de paie, souhaitait avoir une
« photographie » de son commerce. Pour progresser. Pour espérer obtenir la Charte qualité, niveau Confiance, le niveau plancher, Performance, le deuxième niveau porté sur le management, ou Excellence, le troisième niveau – celui obtenu par le commerce de Philippe Bazin-, qui s’adresse à des entreprises pérennes, structurées et en développement, il faut passer par un audit externe. « J’ai déboursé 250€ . Le reste a été pris en charge par la chambre de métiers et de l’artisanat Hauts-de-France, explique-t-il. C’est un montant raisonnable par rapport aux axes de progrès qui ressortent de l’audit. » L’audit a passé la société au peigne fin. « Compliqué, non. Prenant, oui, se souvient l’artisan. Ça a duré plus de cinq heures. J’ai dû répondre à cinq cents questions. » Philippe Bazin a passé haut la main l’exercice avec une note de 91% (le rapport d’audit doit établir une note supérieure ou égale à 75%). L’attestation Charte qualité lui a été accordée pour un an. Renouvelable à l’issue d’un audit de suivi.

Prochaine étape : être référencé par la start-up Rapidle. Grâce à cette appli, qui s’étend sur le territoire français, les clients de la boulangerie-pâtisserie roost-warendinoise pourront commander en ligne et venir récupérer leur commande en évitant la file d’attente. Mise en place en septembre!

 

Par Bertrand Bussière

Source : lavoixdunord.fr

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
On vous rappelle gratuitement