Le phénomène Rapidle s’implante à Vannes.

Le phénomène Rapidle s’implante à Vannes.
Par

L’application Rapidle commence à s’implanter. Elle permet aux clients de petits commerces de passer commande sur leur smartphone, puis de retirer leurs produits sans faire la queue.

 

C’est une application qui va faire du bruit. Déjà adoptée par 800 commerces de proximité en France et en Belgique, Rapidle fait ses premiers pas à Vannes. Conçue il y a 4 ans par deux Français, cette application permet aux clients des petits commerces de passer commande sur leur smartphone, ordinateur ou tablette, puis de retirer leurs produits dans les points de vente, sans faire la queue. Seules conditions à respecter : la commande doit être passée au moins 30 minutes avant d’effectuer le retrait, et son montant doit être supérieur à 5 €.

Poissonnerie, épicerie, pharmacie, fleuriste… Tous les commerces de proximité peuvent s’équiper de cette technologie, moyennant des forfaits qui s’échelonnent de 99 à 229 € par mois. À Vannes, c’est la boulangerie Lyautey qui a été la première enseigne à sauter le pas, il y a trois mois. Depuis, la boucherie Le Sommer, la boulangerie l’Amie Océane et la crémerie Véro Crèmes et Fromages ont rejoint le mouvement. « Et des négociations seraient en cours avec d’autres Commerçants vannetais », assure Steeve Boutin, cofondateur de l’application.

Prêt Les petits commerces doivent s’adapter

« Aujourd’hui toutes les grandes enseignes sont digitalisées. Les petits commerces doivent s’adapter pour être compétitifs et répondre à une demande de consommateurs de plus en plus connectés, sinon ils vont mourir » , assure Steeve Broutin. L’objectif de l’application serait, selon lui, d’aider les commerçants à contrer cette grande distribution. « Les petits commerces sous-estiment leur puissance. Soixante commerçants sur une même plateforme sont aussi puissants qu’un hypermarché. »

Pour les commerçants, qui sont les seuls à récupérer les données personnelles de leurs clients,l’application permet de mieux gérer sa matière première et ses stocks. En cas de rupture, ils peuvent signaler en un clic l’indisponibilité d’un produit grâce à une tablette ou encore lancer des promotions anti-gaspillage sur leurs invendus. Steeve Broutin assure par ailleurs que le panier moyen d’un consommateur augmenterait de « 23 à 35 % grâce aux commandes en ligne ».

Pour les clients, l’application permet de consulter le catalogue au calme, de ne plus utiliser de liquide en payant en ligne, et de ne plus faire la queue en magasin. « Je n’ai encore jamais vu des gens nouer des liens dans une file d’attente », répond Steeve Broutin, aux détracteurs de l’application, qui craignent une perte de contact humain. « Quand il y a de la queue, les vendeuses sont stressées n’ont pas le temps de discuter avec les clients . » Pour le président de la société, le plus gros frein à cette technologie serait finalement l’image qu’on se fait des petits commerçants. « On veut que notre boulanger garde un aspect traditionnel, mais pourquoi n’aurait-il pas le droit de se moderniser lui aussi ? »

En attendant, Rapidle n’est pas près d’arrêter son expansion. « La forte pression concurrentielle entre les commerçants équipés et ceux non équipés, fait grossir notre application rapidement », reconnaît Steeve Broutin. L’année prochaine, la société prévoit d’équiper 1 200 commerces supplémentaires, et Vannes ne devrait pas être épargnée.

Juliette MANSOUR – OUEST FRANCE – 19/08/2019

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
On vous rappelle gratuitement