Skip links

La Boucherie Michel mise sur la vente en ligne

Pour tenter de rester à flot face à la crise du coronavirus, la Maison Michel a décidé de développer ses services de commandes et de livraisons en ligne.

Du côté de la boucherie-charcuterie-traiteur de la rue de la Fontaine-Blanche, l’épidémie s’est manifestée en trois temps bien distincts : les annulations en cascade d’abord, la ruée en boutique ensuite, l’e-commerce désormais.

Annulations en cascade

« Depuis vendredi 13 mars (évidemment !), le téléphone n’arrête pas de sonner pour annuler les prestations extérieures de notre service traiteur », se désole Benoît Michel, qui cite pêle-mêle le Tro Bro Leon, le Carnaval de la Lune étoilée, les tournois de Dirinon et Guipavas, les départs à la retraite et assemblées générales des entreprises, les matchs du BBH… Autant de manifestations annulées. Sans oublier les mariages. « Ce sont en effet nos plus gros contrats avec, assez souvent, autour de 100 convives », poursuit Benoît Michel. Or, les prestations extérieures représentent 70 % du chiffre d’affaires de la Maison (la vente en boutique réalisant les autres 30 %). Dans ce contexte, Benoît Michel ne peut donner du travail à ses 22 salariés. La moitié de ce personnel est donc aujourd’hui au chômage technique.

La ruée en boutique

En fin de semaine dernière, les annonces du gouvernement ont par la suite modifié le comportement des consommateurs. « Vendredi, samedi, dimanche matin et encore mardi matin, l’affluence en boutique a été assez exceptionnelle. Au niveau des bocaux, j’ai par exemple vendu en trois jours ce que j’écoule habituellement en trois mois », reconnaît Benoît Michel.

L’e-commerce

Mais, en ce mercredi matin, c’est le calme plat. À croire que tout le monde a fait ses stocks, rempli ses frigos et congélateurs. Benoît Michel a donc décidé de booster ses services de commandes et livraisons en ligne, en relançant notamment la formule des colis de viande.

Mais, surtout, la Maison Michel s’est associée aux Primeurs de la Palud et à Pain Beurre et Gourmandises. Via le site Rapidle, il est possible de passer une commande groupée auprès de ces trois commerces landernéens. Celle-ci pourra être retirée en magasin ou livrée à domicile. « Car j’ai cinq véhicules qui aujourd’hui ne roulent plus », justifie Benoît Michel.Et vous, comment faites-vous face à l’épidémie ? Vous êtes un chef d’entreprise, un artisan, un commerçant, une association ou un particulier ? Vous avez mis en place des stratégies originales ou développé un réseau de solidarité ?

Cet article a été rédigé par Le Télégramme, le 18 Mars 2020. Contactez-nous au 02 98 21 63 21 ou par mail, landerneau@letelegramme.fr

Leave a comment