Consommation. Internet pour sauver les commerces en centre-ville? L’exemple de Landerneau

Consommation. Internet pour sauver les commerces en centre-ville? L’exemple de Landerneau
Par

Dans le centre-ville, des commerçants vantent une application pour le drive local, afin de commander en ligne. Cela booste leurs ventes.

Passer commande en ligne et retirer en magasin la marchandise, c’est possible quotidiennement chez des commerçants traditionnels du centre-ville. Tous disent proposer ce nouveau service à une clientèle pressée, très connectée. « Les jeunes adultes sont hyperbranchés nouvelles technologies et nous, petits commerçants, on doit s’adapter, aller de l’avant » confie Jacqueline Jacopin, dirigeante de la boulangerie- pâtisserie-snacking Pain beurre et gourmandises. Adhérente au service Rapidle depuis un an, elle sait aussi que la grande distribution pratique le drive depuis longtemps, « et qu’il est nécessaire, aujourd’hui, que le petit commerce réponde à cette demande » .

Rapidement et à toute heure, le client peut donc passer sa commande et profiter des offres du moment sur le site internet du commerçant. « D’ailleudres, nombreuses réservations nous parviennent de clients qui commandent à 23 h, minuit… pour venir retirer leur panier le lendemain. »

De nouveaux clients

Cette application, Rapidle, dynamise nos ventes », confie Benoît Michel, de la boucherie-charcuterie- traiteur, abonné au site depuis mai et convaincu de son l’intérêt.
L’offre « permet de récupérer, à l’heure choisie, sa marchandise au magasin, sans attendre » . Celui qui reconnaît avoir gagné de nouveaux clients doit aussi tenir son site internet à jour, car les clients « doivent être parfaitement informés » .
Ce nouveau dispositif a également été retenu car on avait de la demande », poursuit Émilie Le Gall, la secrétaire de la Maison Michel. « Nous sommes engagés pour quatre ans avec cette offre connectée et ça nous oblige à nous impliquer. On y met de belles photos, on soigne la présentation de nos offres. ». Concernant le chiffre d’affaires, «cela augmente un peu le panier moyen par rapport à la vente en boutique ». À Pain beurre et gourmandises, certains de nos clients ne commandent que par Rapidle.

Une nouvelle clientèle, donc ! En un an, le résultat est très rentable », affirme la responsable.
Autre avantage encore, le client est certain, en commandant la veille, d’avoir « les pains spéciaux qu’il souhaite ou d’autres produits que nous n’avons plus, selon l’heure où il passe en boutique » .

Avec ce retrait express en boutique, le commerçant peut aussi anticiper sur sa production : « C’est du temps de gagné », avoue-t-on ainsi dans les deux entreprises. Aux Primeurs de la Palud, Jérôme Goulard loue également les bienfaits du service : Nous avons gagné de nombreux clients et le contact clientèle reste présent .

Zéro gâchis

Autre démarche des commerçants, le zéro gâchis. À Pain beurre et gourmandises, Too Good To Go est une application « très intéressante. Car tous les soirs, dès 19 h 30, le client peut acheter l’un des six paniers de produits variés mis en ligne au prix de 3, 90€ contre 12€ en valeur réelle. Aujourd’hui, on ne jette plus rien. Sur l’année, ces paniers zéro gâchis représentent 7 000 de€ chiffre d’affaires. »

À la Maison Michel, « c’est sur les emballages en cartons compostables qu’on s’engage : plus d’emballages plastiques ! On incite le client à venir avec son contenant et on utilise des sacs en papier. On propose aussi des contenants en porcelaine consignés. » ■

Article rédigé par Ouest-France.
Photo propriété de Ouest-France.
Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
On vous rappelle gratuitement