D’un clic, vous évitez la queue à la boulangerie.

D’un clic, vous évitez la queue à la boulangerie.
Par

La boulangerie-pâtisserie Lyautey propose aux clients de commander et de payer via internet. Une demi-heure plus tard, c’est prêt. Bientôt, on pourra même se faire livrer le petit déj’.

L’idée

Marre de faire la queue pour acheter une baguette ? La boulangerie-pâtisserie, située place Lyautey, a trouvé la parade pour faciliter la vie de ses clients. C’est la première à Vannes à rejoindre Rapidle. « C’est simple : il suffit de se rendre sur notre site internet ou sur l’appli et de choisir parmi les 120 produits référencés, explique Marie-Pierre Lefeuvre, la patronne. Gâteaux, viennoiseries, pains et même quiches, pizzas, sandwiches, formules déjeuner… sont présentés en photo. Puis, d’un clic, on passe sa commande et on paie via sa carte bleue, sa carte de chèques-déjeuners ou même via sa cagnotte virtuelle, que l’on peut recharger à tout moment avec sa carte bancaire. »

Prêt en trente minutes

Une demi-heure plus tard, c’est prêt. Il n’y a plus qu’à venir la chercher. « On a même créé un comptoir spécial pour que le client gagne du temps. L’avantage, c’est qu’il peut se garer en double file et demander à l’un de ses enfants de venir la retirer. Ça ne prend même pas trente secondes. » Pour les commandes de grands gâteaux, un délai de quelques jours est toutefois nécessaire…

« Si jamais on est en rupture de stock d’un produit, on réagit très vite et on appelle le client pour le prévenir. En cas de produits qui nous restent sur lesbrasen fin de journée, on peut même faire des promotions et les adresser enun clic à tous nos clients. » La réactivité, c’est le principe même de ce nouveau service proposé par la boulangerie, qui a vu ses habitudes changer.

Chaque nouvelle commande internet est signalée par une sonnerie qui retentit dans la boutique et par une notification sur le portable de la patronne. Un bon de commande sort sur l’imprimante reliée à une borne derrière le comptoir. Il n’y a alors plus qu’à la préparer. La boulangerie espère ainsi mieux répondre à sa clientèle et en attirer une nouvelle…

« Auparavant, on avait beaucoup de gens qui travaillaient à la CPAM ou à l’Urssaf. Leurs services ont déménagé à Laroiseau. Mais comme ils n’ont pas de boulangerie à proximité et qu’ils n’ont pas envie de manger au restaurant tous les jours, on les voit revenir chez nous. Ils font même du covoiturage…Ce système va donc leur faciliter la vie. D’autant qu’ils n’ont parfois pas beaucoup de temps pour manger… »

Pour répondre encore plus rapidement à la demande, la boulangerie a investi dans un petit laboratoire de préparation de sandwiches, derrière le comptoir. « Les gens voient que, chez nous, tout est fait maison, du pain aux viennoiseries en passant par les pâtisseries. Ce qui est de plus en plus rare… » Marie-Pierre n’entend pas s’arrêter là…

Bientôt la livraison

« Dès septembre, on proposera de livrer les clients directement chez eux. Un service qui devrait être apprécié, notamment le dimanche, pour les gens qui n’ont pas envie de sortir de chez eux pour acheter les croissants et la baguette du petit-déjeuner. Ça coûtera aux alentours de 2 €. La livraison devrait être assurée par un concurrent d’Uber Eats, qui projette de se lancer à Vannes… »

A 60 ans, Marie-Pierre est devenue une boulangère 2.0. « Dans mon entourage, on me disait, tu ne vas pas t’embêter avec ça à quatre ans de la retraite. » Elle prouve qu’il n’y a pas d’âge pour devenir une commerçante branchée et connectée.

Lionel CABIOCH.

Pour commander, il suffit de se rendre sur : boulangerielyautey.fr

Source : Ouest-France

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
On vous rappelle gratuitement